Retour d'expérience d'autoconstruction, 6 ans déjà

Les fondations cyclopéennes pour accueillir notre maison

Partager sur facebook
https://www.facebook.com/chapeauetbottes

Notre projet d’autoconstruction de notre maison en Bois, Terre et Paille a eu lieu de 2014 à 2016.

Pour notre projet nous avons comme piliers d’utiliser des savoir-faire traditionnels, des matériaux issus du réémploi et locaux.

La première étape portait sur  le choix des fondations. Sachant que notre lieu est composé d’argile dite gonflante.

Concrètement, le sol se gorge d’eau l’hiver et se retracte l’hiver. Détail sur le sol, nous avons plusieurs sources.

Nous avons donc fait le choix d’utiliser une technique permettant de jouer avec la souplesse: les fondations cyclopéennes.

Caractéristiques: Technique traditionnelle majoritairement employée pour les fondations jusqu’à l’après guerre.

Avantages: Simple, plus économe est moins énergivore que les fondation en béton armée. Type de fondation beaucoup plus souple qui peut suivre les déformations du sol et du bâtiment dans le temps.

Inconvénients: Aucune reconnaissance officielle.

Pourquoi cette technique ?

Pour ré-utiliser les pierres de ruine,  mais aussi par volonté d’utiliser des matériaux / techniques moins énergivores tant à la production (minimum de chaux avec les pierres, pas de fer à béton) qu’au transport (transport de matériaux secs à contrairement aux bétons prêts à l’emploi).

Voici notre recette  adaptée à notre projet mais nullement reproductible  à l’identique pour vos projets

1,5 seau d’eau
8 pelles de graves
EM, microorganismes efficaces
1 pot de pouzzolane
chaux 1/2 sac
8 pelles graves
ajuster avec l’eau

Les matériaux nécessaires

Chaux de Saint Astier

Matériau de réemploi:

  • Nous avons utilisé 60 mètre cubes de pierre, issue d’une maison en ruine
  • Des bambous pour les échelles

 

 

Pour aller plus loin 

https://www.apte-asso.org/a-voir-ou-telecharger/eco-construction/les-fondations/fondation-cyclopeenne-chaux

Fondation à l’ancienne, cyclopéenne ?